BIONICLE RPG

Découvrez un univers nouveau, choisissez votre personnage. Et rédigez votre histoire. Les Mondes n'attendent que vous. Faite vivre le monde de BIOLOGICAL CHRONICLE
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La douce mélodie du temps.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryooo

avatar

Messages : 7817
Date d'inscription : 04/06/2009

Feuille de personnage
Mata: 5000
Jauge de Soins:
100/100  (100/100)

MessageSujet: La douce mélodie du temps.   Mar 5 Juil - 20:33

Musique d'accompagnement


Trente.

Quatorze.

Cinquante-cinq.

Une.

Deux.

Trois.

Trente-et-une.

Le petit cadran scintillait d'une faible luminosité. La Lumière vacillante de la pièce laissait apparaitre des rayons de soleil au gré du vent qui ballotait le store semi fermé,  collé à la fenêtre cassée. Une petite bourrasque l'emporta. Le store tournoyait doucement, encore un instant. La pièce fut plus visible. La lumière pénétra délicatement dans chaque recoins, avec le désir impatient de gratter encore et toujours quelques centimètre dans l'ombre de la pièce. D'une vague massive, le vent et le soleil s'unirent. Ils prirent d’assaut la pièce. Le cadran grésillait, comme effrayé de cette lumière si prenante. Les chiffres défilaient à une allure calme, sans être dénués de  rythme. La poussière s'élevait dans des fines particules rayonnantes à la lumière du jour.  
Le silence de la poussière conservait la pièce dans une étroite intimité. C'était comme ces endroits oubliés, ou personne n'allait jamais. Ou le temps lui même était redevenu maitre des lieux. Souvent la végétation reprenait domicile, la rouille colorait les plaques de fer, la pluie faisait grandir les herbes, les herbes protégeaient les fleurs. Les fleurs dansaient tout autour de la maison. Rien à droite, rien à gauche. Un champ entièrement en jachère, ponctué de rose, de rouge, de turquoise, de jaune, de vert, de blanc, de teintes plus sombres, et de couleurs plus claires.
La vigne avait gagner le mur principal et c'était permise de rendre visite à la fenêtre du haut de la maison. C'était une maison ni trop grande, ni trop petite. A l'écart de ce qui devait être à l'époque une grande métropole.  L'herbe s'y plaisait bien autour  de cette maison. Le soleil aussi voulait y entrer, et aujourd'hui, enfin, il y était parvenu.  Le parquet de l'étage grinçait tout seul. Le bois travaillait tout seul également. Il rendait l'intérieur de la maison vivant. Les meubles, étaient recouverts de draps blancs. La porte d'entrée servait de support et de tuteur à un petit arbre , qui lui même faisait grandir ses longue lianes autour de la façade de la maison. Une maison en métal et en bois sombre vu de l’extérieur, mais qui devait être charmante à l'intérieur avant que la nature n'y reprenne ses droits.

Le cadran clignota à maintes reprises avec de nombreux sursauts.

Vingt.

Quarante.

Quatre.

Zéro.

Le cadran restait figé sur le zéro. Parlant de ce cadran. A quoi ressemblait-il ? Il était sobre, comme du verre serti de métal. Les chiffres et les nombres y apparaissaient d'une lumière orange , jaune ou verte suivant les dizaines.  Ou était ce cadran ? Il était sur le coin d'un meuble. Tourné vers un grand drap.
Le soleil voulait en savoir plus. Il avança encore. révélant à sa chaleur le drap blanc.
Était-ce, un lit ?
La forme semblait l'indiqué. Mais qui serait assez idiot pour mettre un lit à cet endroit dans la pièce. Il prenait bien trop d'espace. Le drap était bien trop grand. La poussière elle même se sentait coupable et avait fait son maximum pour s'accumuler au pied du " lit " se pelotant pour cacher les endroits non couverts par le drap.

Le zéro du cadra grésilla. Un autre zéro apparu juste à coté, par la droite. Puis un autre. Et encore un. C'était presque la limite du cadran. Le verre craquelait. Vous savez comme lorsque l'on met une pression sur un verre, ce bruit, de craquement inaudible mais que l'on ressent. La pression. Elle grimpait en flèche. Comme une vague percutant le rivage.
Au final, cette pression fissura le verre du cadran entaillant le zéro du milieu.  Les zéros se séparèrent. Deux sur la gauche et deux sur la droite. Au centres du cadran, le zéro affecté par la fissure  grésillait encore, émergeant entre le chiffre deux , le zéro et le cinq. "2~0~5".

Une ombre vacillait au loin.

L'horizon était magnifique. Celui qui habitait là devait être très heureux. Comme le montrait le cercle de fleur autour de la petite maison, il prenait soin de la nature. Si bien qu'une fois sauvage, la nature prenait soin de sa maison. Ce respect dépassait l'entendement.  Caché par l'arbre grimpe sur le portail et le mur. Dissimulé par les lianes, une petite boite carrée , une boite aux lettres discrète restait debout. Si l'on s'approchait un peu plus on pouvait voir une écriture maladroite.
Il était écrit là , à moitié effacé par le temps:
"Le-w-a"

Non. Attendez. En frottant un peu, au dessus, il y avait également un autre nom.
Ryo. Avec trois autres o à la suite ?  Était-ce une farce? Personne ne pouvait s’appeler ainsi. C'était bien trop ridicule. Un enfant aurait pu à la limite tenter de se nommer comme ça dans un monde imaginaire. Toute personne avec de bons gouts et de bonnes intentions n'aurait jamais appeler leur enfant " Ryooo". C'était bien trop de o.

L'ombre gigotait.

Vous vous rappelez de Metru-nui?

Non ? Cela appartient à un autre temps. Aujourd'hui, l'on parle d'Okoto. Les fantasmes les plus fous et les esprits les plus vifs s'acharnent pour vivre sur une île, pour recréer des masques, pour se battre afin qu'Ekimu puisse renaitre et aider ceux que l'on nomme les " Toa" . Les Toa, sont des êtres dotés de pouvoirs, de capacités extraordinaires pouvant aider n'importe qui dans le besoin. Certains étaient de puissants guerriers, d'autres de simples intervenants dans une histoire vaste et ambitieuse.

La vérité étant que dans l'univers, les dimensions et le temps, Okoto ressemble bien à Mata-nui. Une petite île modeste.
Okoto est à des heures de Mata-nui. Et pas très loin de Mata-nui, existe la ville de Metru-nui. Nous ignorons comment Metru-nui est encore une ville après tous les tragiques évènements qui se sont produits. Mata-nui ayant subit de grands dégâts dans le passé.Il n'en ai pas moins que Metru-nui, à été abritée du désastre. Bien qu'inhabitée maintenant, elle reste une magnifique surface pour la nature et pour y vivre, s'y tenté qu'on aime le jardin, le soleil et vivre en solitaire.
Bien évidemment ces quelques lignes n'expliquent pas du tout le pourquoi du comment. Mais, cela est-ce vraiment important ?

Pouvez-vous réellement décidez de séparer un monde entre deux univers ?
Cela est-il brouillon a vos yeux également ?

Cette ombre qui vacille depuis tout à l'heure attends d'entrer en scène. La voici maintenant devant le portail enchevêtré de liane. Est-ce réellement une ombre ? La main fébrile qui se détache de cette silhouette semble réelle. C'est dans un grincement sinistre que le portail ne décide pas de s'ouvrir. L'ombre à l'air triste. Elle s'assoit à coté du portail. L'entendez vous soupirer ?
Elle attend.

Reviendra-t-il à la maison ?

Elle ne sait pas.
Il y a a eut trop de changements. Dans son fond intérieur, l'ombre sait quelque chose.

Il ne faut jamais perdre espoir.

_____________________________
Administrateur

╚RPlayer╝


Revenir en haut Aller en bas
Ryooo

avatar

Messages : 7817
Date d'inscription : 04/06/2009

Feuille de personnage
Mata: 5000
Jauge de Soins:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: La douce mélodie du temps.   Mar 5 Juil - 23:24

https://www.youtube.com/watch?v=yQ1eHQiTGWc

De l'espoir ?

D’où pouvait bien venir cette idée. C'était bien trop saugrenu pour appartenir à une quelconque façon de penser. Non, vraiment, personne n'avait d'espoir. Les villageois accomplissaient leurs devoirs et leurs tâches sans jamais dire un mot. D'ailleurs, pourquoi donc avaient ils une bouche ces villageois. Ils ne mangeaient pratiquement jamais, n'avalaient rien.  Ils étaient si repoussants qu'ils se promenaient en public avec des masques. Chez les plus jeunes, l'imagination fusait. C'était à celui qui inventerait la plus belle ineptie à propos des Guerriers du passé , des batailles d'autre fois, des pouvoirs, des éléments et de la science relative à tout " protodermis". Cette substance avait pour habitude de se mettre partout et nulle part. Il l'a vendait même en canettes.

Vous pensiez que c'était une brise légère ?
Non. Le Temps ne s'arrête jamais.

Son col droit, sa veste longue, ses gants finement ajustés, sa casquette légèrement inclinée. Rien n'allait arrêter le Temps. Il était plus Organique de mécanique. Plus déguisé qu'armé. Plus redoutable qu'une centaine d'homme, le Temps était là. Sur le haut d'un bâtiment en ruine. Il fixait une petite maison fleurie au loin.

Son sourire narquois ne cessait de s'accroitre. Il en était certain. Celui qu'il cherchait n'était pas mort. Bien au contraire. Le Temps finissait toujours par retrouver ce qu'il voulait. Il craqua son poignet. Comme certains le disaient en le voyant " Le Temps est venu". D'un geste désinvolte il remis sur son visage un masque blanc immaculé. Un bruit de compression par air se fit entendre.
Le Temps était prêt. Il ajusta sa casquette avec son masque, et elle se fixa comme un aimant sans la moindre difficulté. D'une inspiration, il sauta de l'immeuble, glissant sur le vent le long des pierres cassées. La route n'était pas longue, mais il prenait .. son temps.

Cette remarque personnelle lui décrocha un somptueux regard dominateur.
Le Temps n'était ni en retard. Ni en avance. Le Temps serait à l'heure la plus exacte.


Au loin, L'ombre eut un frisson et le vent se changea en bourrasque fraiche.
Le soleil s’atténua derrière un nuage trop petit. Le ciel arborait un mordoré magnifique.

Le Temps était en chemin.

_____________________________
Administrateur

╚RPlayer╝


Revenir en haut Aller en bas
Ryooo

avatar

Messages : 7817
Date d'inscription : 04/06/2009

Feuille de personnage
Mata: 5000
Jauge de Soins:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: La douce mélodie du temps.   Jeu 7 Juil - 14:45

https://www.youtube.com/watch?v=KjCuPBI1Z3E

L'Ombre eut un frisson. Il partit du bout des doigts, traversant toute la surface de sa peau dans une ascension jusqu’à son échine. Il grimpait, grimpait encore, courait, parcourant chaque millième de ce bras. L'arrivée n'était pas à l'épaule, c'était bien plus haut. La course du frisson n'allait exploser que dans un souffle  au creux de son cou, se répandant comme une goutte d'eau fraîche glissant sur un dos encore chaud. L'Ombre regardait son bras. Si on observait bien, elle souriait. son bras était tout à fait normal. Sa peau, d'un protodermis tendre n'avait pas eut de frissons depuis longtemps. Dans son fort intérieur cela l'inquiétait Qui était-elle ? Comment un bras métallique et robotique pouvait-il recevoir autant de sensations ? Comment expliquer cette sensation à un inconnu, qui pensait qu'un corps semi biologique, semi robotique ne pouvait exprimer autant de sensations qu'un corps entièrement de chair.

-Ry-o.

L'Ombre resserra ses bras maigres autour de ses genoux repliés sur son corps. Le petit vent faisait flotter par moment la capuche sombre et la cape noire de l'Ombre. Elle pensait à tant de choses.
L'Ombre savait qu'il arrivait. Il voulait le réveiller. Mais L'ombre appréciait son sommeil. Son sommeil était précieux. Tant d'année à régénérer son corps d'origine. Tant d'affrontements, d'émotions de changement, de retour inattendus, de tristesses et de joies.

L'Ombre plissa les yeux.
Ce n'était pas Le Temps. Il était bien trop grand. Trop maigre. Trop élancé.
Cette silhouette. L’Équilibre était elle même venue ? Elle venait sans doute observer de loin. C'était étonnant. Cela pouvait tout aussi être L'Illusion. Ils étaient frères après tout.

[suite du rp ce soir^^)
( désolé]

_____________________________
Administrateur

╚RPlayer╝


Revenir en haut Aller en bas
Ryooo

avatar

Messages : 7817
Date d'inscription : 04/06/2009

Feuille de personnage
Mata: 5000
Jauge de Soins:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: La douce mélodie du temps.   Lun 11 Juil - 19:09

https://www.youtube.com/watch?v=5C1gWYUi9NA

L'Ombre plisse les yeux, essayant de percevoir au mieux qui sont les silhouettes au loin.
Dans la maison, le temps semble s'être arrêter. Le silence pesant commence à s'évanouir. Le Soleil perd de son éclat. Le cadran se cristallise, devenant le seul objet à éclairer faiblement la pièce. La nature semble inquiète.  Un glapissement lointain fend l'air.

L'Ombre se retourne.
Serait-ce déjà l'heure?

Depuis que Mata-nui a été évacuée, il y a de cela plusieurs années maintenant, au moins une demi-génération. L'île de Metru-nui a été réputé pour ses nombreuses créatures sauvages, sa nature sur-abondante mêlée à une technologie de pointe enfouie en secret dans ses sous-sols. Plusieurs communautés de créatures intelligentes, comme des Skakdis ou des "Av-Matoran" ont décidés d'y établir certains points d'ancrage pour récupérer les ressources nombreuses et abondantes de Mata et Metru-nui. Les Skakdis sont de grandes créatures biomécaniques réputées pour leurs visage déformés, leurs yeux transcendant de rouges ou de couleurs vives, et leurs griffes ou dents acérées. Les Skakdis sont surtout connus pour leur cruauté ou leur violence.  Certains lorsque les conditions sont requises forment des groupes comme le "réputé" " Gang des Piraka ". Il était bien connus qu'un Skadis du nom de Tra-Roth eut profiter de la situation mauvaise de l'univers à un certain moment pour faire des affaire avec des peuples de la partie inexplorée du monde. Personne ne l'avait jamais revu, les pirates n'étant que peu considéré dans la société à ce moment de l'histoire.

Le Glapissement retenti encore.
Il était retentissant et majestueux. Annonçant d'un être à l'arrivé soudaine.

L'Ombre sortit de ses pensées et redirigea son attention sur les silhouettes de tout à l'heure. Mais elle avaient disparus.

https://www.youtube.com/watch?v=f1tVVhbfT7Q

L'Ombre commençait à paniquer.
De plus en plus.

Car derrière elle se tenait " La maison " .
Le sanctuaire d'un héros du passé.
Devant elle , avançait d'un pas confiant le Temps.
Derrière elle , retentissait les hurlement limpides d'une créature avançant à bonne allure.

Autour d'elle, dans un grand périmètre, des terres en friches, des fleurs , de l’herbe vertes et séchée. La Maison se trouvait dans la partie la plus neutre possible de Metru-nui à la grande époque. Au nord est de l'île, dans une partie de Ga-Koro, pas très loin des anciennes " Chutes de Protodermis, depuis longtemps , ( des siècles) asséchées.

L'Ombre s'incline en avant, repose ses paumes sur ses genoux. Que doit-elle faire.
Son visage enfermé sous sa grande capuche se cache encore plus. Se relevant, elle aperçoit le pas délicat de l’Équilibre déjà arrivé au devant d'elle.

Un petit rire lui indique qu'il n'était pas seul, et juste dans les pas de l’Équilibre se tenait l'Illusion.
L'Illusion avait la même corpulence élancé que son frère l’Équilibre. Mais il se distinguait par sa personnalité décrite comme " peu commune, déjantée" de la part des autres Entités. Sa personnalité transparaissait dans le choix de son armure vestimentaire. Des bottes d'un noir profond, bordés d'un ourlet d'un vert arlequin pimenté. Un pantalon d'un tissu extraordinaire soigneusement aligné avec ses bottes. IL était d'un bleu marine sombre, mais doté de nombreux reflets à n'importes quels lumières ou mouvements, il apparaissait souvent d'une manière multicolore aux yeux des autres Entités. Le tissu du pantalon était d'une résistance à tout épreuve et protégeait parfaitement son corps. Il était la seul Entité à ne pas porter de manteau , de veste, ou de signe distinctif sur le haut du corps. Il préférait arboré fièrement son armure d'Entité. Son plastron d'un argent  vif était lié par des attaches multicolores. Ce qui surprenait le plus était la volonté la plus profonde de l'Illusion à porter un masque. Il arborait ce masque fermé. Au niveau de la bouche, il avait dessiné lui même un sourires des plus enfantins, des feintes très fines pour ses yeux avaient été percées également et au niveau de son front, partait de nombreuses attaches multicolores qui rejoignaient son cou et son armure dorsale.  

Sa démarche était celle d'un être qui aimait et s'amusait à déambuler. Faisant croire à son ami ou a son adversaire qu'il était comme ivre , relâchant la pression de ses bras les faisant balloter au gré du vent. Il avait, disait-on , un grand nez , un grand cou , et des bras si grands, que sans son armure, l'être biomécanique n'avait rien de si différent. Sa volonté à ressemblé autant à lui même qu'a son armure était impressionnante. Seul son visage gardait le secret caché d'un masque à l'ironie et au cynisme constant.

-GhiHihih Hihi dégoutant. Hihihih Dé-gou-tant.

Il agita son cou comme un serpent, donnant cette illusion que son coup s'allongeait. Il claque des dent si fort que L'Ombre recule d'un pas.

-Hiiihiihhh shhhhhh Dégoutante Ombre. HiiiHahahaha Sluuuuuuuuuu hiiii hiiuuurpp.

Ravalant son ironie, il se déplaça rapidement tournant autour de l'Ombre.

-Ksshhh kshhh

Son rire était étouffé par son masque, mais l'on sentait une incroyable pression sur les épaules de l'Ombre à présent.

L’Équilibre ne disait jusqu’à présent rien. Il fit un pas. Puis tourna le dos à l'Ombre.

-Mon frère n'a pas tout à fait tort. Tu aurais pu faire un effort de présentation.

L'Ombre ne bouge pas. elle se tient juste derrière l’Équilibre tandis que l'Illusion lui s'en retourne à coté de son frère. D'un mouvement sec, il interroge son frère :

-Ne penses-tu pas qu'elle est inutile ici ? Toi qui maitrise avec tant de rai..aii.son les choix  et les raisonnements les plus compliqués ? Hihiihih HAHAHAHAAHHAHA

Son éclat de rire fait tourner la tête de l’Équilibre. Doué d'une froideur et d'une fierté impressionnante, il hausse le ton avec Orgueil en apercevant la course du nouvel arrivant .

-Tiens toi correctement, Illusion. Voilà que le Temps s'en mêle.

L'Ombre n'avait rien dis, n'avait pas bougé.
Ces deux là ne lui faisaient pas spécialement peur. Elle n'aimait pas l'Illusion, toujours en train de dénigré les autres ou les plus faibles. Mais elle ressentait une crainte envers le Temps. Alors elle c'était bien comportée. L'Ombre était une entité plus importante qu'il n'y paraissait.
Elle était intimement lié au sort du Héros qui dormait dans la maison. Lui qui était , des siècles avant , le " Maitre de la Lumière " . C'était un titre pompeux et élogieux. Cela faisait sourire discrètement en elle même l'Ombre.

Le Temps, l’Équilibre , l'Illusion et l'Ombre se tenaient maintenant face à face.
La Classe, La Rigidité, Le Comique et La Timide. Si l'on devait les ranger par personnalité .

Un long glapissement aiguë retentit encore. De la poussière se soulevait par masse.

L'Ombre penche sa tête sur le coté. Elle plisse les yeux. Elle perçoit autre chose que de la poussière. Sa perception accrue l'aide à distinguée que deux êtres semble créer se flot de poussières, d'herbes et de branches volantes, de terre et de sable.

Les quatre entités présentent dirent toute en synchronisation :

-La Liberté.

L'illusion pouffa de rire, le Temps marqua son embarras d'un geste de la main sur son front,
l' Équilibre haussa les yeux au ciel, et l'Ombre secoua la tête d'un air déconfit ( même si on ne voyait pas son visage, si même sa tête)

Au loin, courait un individu en surpoids. Il criait " Aidez moi les copains Aidez moi" Mais personne ne semblait vraiment l'entendre.
Ce balourd transportait sur son dos une immense épée cassée, signe de paix et de liberté qu'il aimait mettre en avant. D'un naturel jovial et bon vivant , la Liberté savait s'attirer également des ennuis.
En fait, à cause d'elle de nombreuses entités avaient du être mise en péril pour lui.
Son visage attendrissant et ses joues bien remplies  façonnait son visage biomécanique tout rond.

Il agitait des mains et courait vite.

Derrière lui, une immense créature. Elle ressemblait à un grand ours géant. Possédant Une immense mâchoire et d'un corps rempli de "poils à demi-retour" 'était des poils très doux au toucher mais ultra-résitant dès que la bête se sentait mal et bien évidement, ils hérissaient très vite si la bête en question avait été dérangée.
Mais au delà de cette énormité de la nature biomécanique. Il y avait autre chose. Une grande griffes ?
Ils étaient poursuivis par une griffe géante ?

Dans un pas de coté sans tension, l'Illusion commença a rire fort, puis il se redressa, d'un coup sérieux.
L'Ombre quand a elle exclammait ses premiers mots an présence des autres entités.

-Je .. Je suis. J'ai sauvé l'OursRahi..J'ai besoin d'ai-Je suis là..Je .. Un Dragon Des Archives ? UN DRAGON DES...

Le Temps frémit un sourire. Son visage arborant uen expression de fierté et clama envers l'Ombre

-Ta petite voix semble bien vive tout d'un coup.

L'Illusion lui avait arrêter de pouffer de rire quand il avait entendu le mot dragon.

L’Équilibre lui c'était contenté de repousser sa cape en arrière, et de saisir un élégant petit boitier dans sa main. D'un geste ultra précis il en découvrit ce qui ressemblait à un Arc court.

L'Ombre ouvrit les yeux. Depuis quand l’Équilibre avait il une arme sur lui ? Et avant même qu'elle ne fasse un pas de recul, les trois autres c'était mise devant elle.

Le Temps portait une rapière dans a main droite et il déclina d'un geste de tête élégant sa casque pour faire un clin d'oeil à l'Ombre.

-Sois gentille petite Ombre. Protège cette Maison du Feu menaçant.

L'Illusion bondissait sur place, sans armes mais avec une grandes détermination, ses membres emblaient s'allonger à vu d'oeil.

L'Ombre eut un petit sourire de recul.

Au Loin , la Liberté lui rend son sourire.

Car la Liberté sait que ce qui va arriver, à ce moment précis. Risque fortement de ramener une précieuse qualité.

L'espoir.

Et sur cette pensée positive, l'Ours glapissant derrière une Liberté en cavale, nos quatre entités se tiennent prêtent à défendre la Maison.

_____________________________
Administrateur

╚RPlayer╝


Revenir en haut Aller en bas
Ryooo

avatar

Messages : 7817
Date d'inscription : 04/06/2009

Feuille de personnage
Mata: 5000
Jauge de Soins:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: La douce mélodie du temps.   Lun 11 Juil - 20:47

https://www.youtube.com/watch?v=AkD6GxKY5z0

Le Temps sourcille agacé. L’Équilibre vient à peine d’ajuster son arc. Et commence à le tendre en direction de la masse montante de poussière. L'Ombre les regarde avec interrogation.  
Au loin la Liberté vient de prendre son appui sur un vieil arbre de métal, charpente en démolition. Dans un bond à deux pas sur une poutrelle métallique, il saisit l'Ours à Pics et le jette en l'air.

Cette scène offre à l'Illusion un immense rire dégoutant. L'Ours, lui ne comprend pas comment un gros balourds peu être autant agile et gracieux, avoir autant de force, et pourtant avoir réveillé et provoquer un Dragon. Dans un éclair de frayeur, l'ours se met en boule devenant un véritable oursin. Le Temps jette un œil empressé à l'Illusion.
Ce dernier gigote et s'élance avec le cou et la tête en avant, les bras en arrière, les genoux frôlant le sol. Il s'élance d'un bond limpide dans les airs, sans ralentir vers l'Ours.

L'ours ouvre un œil.  Il voit un masque affublé d'un air idiot foncé sur lui. Grognant alors il déploie en l'air ses immenses paluches d'Ours. Les crocs dégainés et les griffes, il est prêt à découdre avec ce fébrile énergumène coloré qui lui fonce dessus alors que l'autre gros lard distrait le Dragon.

L'Illusion n'avait pas prévu les griffes. D'un juron trop rapide pour l'entendre, il essaie de contrôler son saut vertigineux. Mais son allure rapide lui fait perdre toute gestion de son corps élancé. Il se prend une immense gifle dans le torse , les coussinets métalliques de l'ours crissant contre le corps de L'Illusion qui se rétame dans le sol, roulant sur la terre et l'herbe.

L'Ombre en est presque contente. Elle sait que le corps de l'Illusion n'a rien. Mais elle sait aussi que maintenant il va arrêter de fanfaronner .

La Liberté arrive au niveau de l'Illusion. Ils s'échangent un regard. Et d'un grand geste rapide, le pied de l'Illusion est déjà sur les mains jointes de la Liberté, le faisant bondir haut dans le ciel. L'Illusion peut maintenant voir la véritable menace.

Ce que l'on appelle communément " Dragon " n'est pas réellement ce qu' un " Dragon des Archives " est.  Il s'agit d'une créature d'une très grande taille. A l'armure composée de pièces d'armures mouvantes. On l'appelle ainsi parce qu'il vit dans les sous sols de Metru-nui. C'est un très grand iguane, il ressemblerait plus à un reptile géant, avec la capacité d’assimiler tout ce qu'il avale.
Longtemps considéré comme un mythe car trop gros, trop moche et trop irréaliste, ce dragon à la couleur mordorée terreuse et rouillée avait été réveillé par la Liberté lorsqu'il avait voulut récupéré un présent pour le " Héros qui dormait dans la Maison".

On a beau être une entité, cela ne change pas grand chose lorsqu'un dragon vous poursuit. Surtout quand ce dragon semble ne prendre aucun dégât, et n'avoir d'articulation que pour sa mâchoire gigantesque, ses griffes et ta queue tordue.

Tout cela, l'Illusion le perçu pendant la fraction de seconde ou il était en l'air.
Immédiatement après il retomba près de l'Ours qui c'était rattrapé et qui ne bougeait pas , caché dans l'herbe derrière un rocher.
L'Illusion se décala et toucha le rocher.  Son masque tournant vers l'Ours, affichant toujours le sourire malsain du personnage.

-Ne respire pas.  Ha..ha.ah..ha.. ahahahaha

La Liberté s'empressa de chopper l'Illusion par son col, car une immense pâte du dragon venait de s'abattre à l’endroit précis ou il était. Le Dragon reniflait. Il sentait l'ours, mais ne le voyait pas. L'Illusion était parfaite ?


Le Temps gémit d'impatience.

-Ce combat est d'un ridicule.Vraiment C'est ..

L'Arc de l’Équilibre se releva, il tira la corde fine, presque invisible et d'un sursaut, une flèche partit dans un souffle sans distinction en direction de la Liberté. Celui ci baissa la tête d'un grand rire en même temps que l'Illusion.

La flèche s'encra dans le sol, entre les deux griffes principales du Dragon. Le Dragon s'arrêta. D'une respiration forte il dissipa la poussière.

A moins de cinq cent mètres se tenait une maison. Devant la maison des arbustes et autres.
Devant ça, trois maigrichons qui avait une forte aura. Le Dragon avait déjà appris cela dans les archives.
Les Entités.
Il savait.
Il ne voulait pas les affronter.
Il ne ...
Elles n'étaient que cinq.
Le Gros, le rigolo , l'inutile avec son pic à brochette, le roublard a distance et ..
Le Dragon plissa les yeux.

https://www.youtube.com/watch?v=NBpu3Fhvkdc

L'Ombre.

Il n'aimait pas l'Ombre. Elle avait sale réputation.
D'un immense craquement de cou le dragon pris une posture d'attaque face à ses adversaires.
La Liberté avait en effet volé un présent des archives.
Le Dragon écarquilla ses dents.
Non ça il s'en fichait pas mal. Mais il voulait un combat. Sa fierté d’antan était révoquée depuis tellement longtemps. Ses Muscles usés criaient à l'affrontement. Et, s'il absorbait le Temps , l’Équilibre et la Liberté, il n'aurait jamais d'autres ennemis.
Mais au fond, il s'en fichait vraiment beaucoup. C'était avant tout un dragon.


Un glapissement retenti dans l'espace de la seconde ou le dragon contemplait ses adversaires.
L'Illusion imita le glapissement en délirant sur le mot " dégoutant" . ça faisait

-dééééé gouuuuuuu ouuu ouuu taaannnnnt. Géé gouuuuu Gannnnt.

Le Temps se demandait pourquoi il était venu avec " ça " . Sincèrement de toutes les entités, il fallait que le débile soit parmi les présents.  

Dans un moment de silence, le Dragon se retourna, ignorant les entités. et fit face à un rahi courageux.

L'Arc de l’Équilibre commençait a vibrer, et la rapière du temps à s'incliner. Mais une immense queue balaya les entités et les envoya rouler dans l'herbe et la boue fraiche remuer par l'agitation du dragon.

Le Temps très mécontent du peu d’intérêt qu'il avait pour la créature.
Mais une seconde fois, un glapissement suivis d'un fort grognement se fit entendre.


La Maison à quelque centaines de mètres.
L'Ombre debout devant le portillon.

Plus loin , le Temps, l'Illusion, La Liberté et l’Équilibre au sol.

Et avant toute chose.

Un Rahi courageux.
Un Rahi c'était l'incarnation même de la nature dans une apparence mécanique. C'était toute la douceur et la gentillesse d'un animal, dans un corps de force et résistant. Ce Rahi, c'était un Ours.
La Liberté l'avait aidé. Il avait fuit et avait couru.

L'Illusion voulait repartir combattre mais l’Équilibre l'en empêcha.
Le véritable combat n'étais pas 5 entités surpuissantes contre un pauvre dragon.
C'était celui d'un Ours Gigantesque et courageux. Contre un monticule de force et de hargne.
L'Ours décrocha un autre rugissement encore plus puissant que le précédent. L'Ombre frémit. Elle se rappela. Les premiers glapissement qui lui avait fait peur. Ce n'étais pas le Dragon. C'était l'Ours.
La Liberté s'assit comme tel à coté de l'Ombre .

-Il se battait quand j'suis arrivé. J'ai voulu aider le ptit. Mais je crois que, j'aurais pas du.

L'Ombre siffla très calmement :

-La Fureur de l'Ours n'égale -t-elle pas la Force des Dragons ?

La Liberté haussa les épaules.

-Tout dépend de la volonté de l'Ours et de la mâchoire du Dragon.

Le Soleil fit un incursion dans le ciel. S'infiltrant dans l'horizon, filtré par les particules de poussières, les herbes fraiches, les herbes hautes, les ruines et les rochers.  La petite Maison fut illuminer d'un grand éclat.

Et dans un rugissement encore plus terrifiant que les 3 premiers, l'Ours commençait à courir vers un grand combat.



note : Oui ! C'est surprenant ! On s'attends à voir des héros en puissance, et finalement j'vais raconté un truc chelou ! :D
Pourquoi ?
Parcequ'il y a une raison fondamentale à ce combat. Alors que le dragon et les entités n'ont strictement aucune raisons de se battre.
Comme le RP l'explique le Dragon n'a que peu d'intêret sinon d'ingérer les connaissance du temps et de ses copains.

On note que l'ours sans valeur à néanmoins une place importante à la fin du rp. Que l'Illusion c'est pris une volée par ce même ours alors qu'il l'a protégé , par crainte du dragon
L'Illusion , n'est pas qu'un personnage faiblard et ironiques , il porte amplement son nom. Quite à meême subir ses propres tours et illusions.

_____________________________
Administrateur

╚RPlayer╝




Dernière édition par Ryooo le Mar 12 Juil - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryooo

avatar

Messages : 7817
Date d'inscription : 04/06/2009

Feuille de personnage
Mata: 5000
Jauge de Soins:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: La douce mélodie du temps.   Mar 12 Juil - 12:06

https://www.youtube.com/watch?v=ketmhFiKRqI

La course de l'Ours n'était pas une course de front. Il commençait à dévier sur le coté, dévisageant l'immensité du Dragon. Pour donner une échelle. L'Ours devait à peu près faire la taille de la patte avant et des griffes du Dragon. En terme de force, le Dragon gagnerait sans doute. L'Ours n'avait pas peur. Qu'advenait-il de l'Ours qui glapissait et qui courait il y a quelques minutes ?
Avait-il compris la situation ? Agissait-il par instinct ?
Il rugissait fort. Son cri en appelait un autre. Ses crocs étaient tout de même épais, acérés et ses dents devaient faire la la taille d'une main humaine. Proportionnellement avec un corps Bionicle ou Biomécanique l'Ours était immense.
L'Ours, dont sa fourrure à pics était retombée rigide et boueuse sur son flanc , commençait à la déployer comme une sorte de signal pour intimider le Dragon. Signal que le Dragon interpréta de façon singulière décollant des plaques rougeâtres du coté de son cou, offrant un beau spectacle aux spectateurs.

L'Ours se mit à tourner autour du Reptile et le Reptile se mit à tourner autour de l'Ours, décrochant sa grande mâchoire afin de croquer cet Ours insolent. Le regard de l'ours vira au rouge. Une étincelle passa quand en une fraction de seconde il s'élança vers le buste du Dragon.
Réaction immédiate de recul, le Dragon enchainait avec des coups de griffes millimétré vers la gorge de l'Ours. La danse commence. Ils s'échangent des coups directs, indirects, des rugissements glorieux, hargneux et remplissent le silence d'une scène splendide. Car au delà du combat de la fourmis contre du géant, s'offre le décors floral et le soleil couchant.
L'Ours vient d'esquiver un coup vicieux de la grande mâchoire du Dragon. Il se décale sur la droite, puis vers la gauche. D'un grand recul, L'Ours prend appuie sur ses deux pattes arrières flanquant une pichenette sur la joue métallique du Dragon de fer. Bien évidement le Dragon ne ressent rien et il donne en réparti un énorme revers de la joue heurtant le ventre de l'Ours et le projetant une nouvelle fois dans la terre usée du combat.

Cela fait bientôt une dizaine de minutes qu'ils se cherchent, l'Ours se relevant toujours malgré sa fatigue, et sans cesse le Dragon le repousse.

https://www.youtube.com/watch?v=a0vfqD-a-JI

-Que se disent-ils ? questionne l'Ombre.

-Ils cherchent la Vérité. Mais il n'est pas venu. Alors à défaut de la connaitre. Ils s'affrontent.

répondit la Liberté.

-Pourquoi se disputaient ils et pourquoi as tu aider l'Ours?

-L'injustice n'est pas un critère que la liberté apprécie. Je me devais d'intervenir. Les Ours Rahi à Pics viennent du Suds de Mata-nui. Lors du chocs et des évènements cataclysmiques beaucoup sont morts. Les quelques naissances ont été rares et les survivants se sont retrouvés domptés et guidés par les Matoran il y a des années.

L'Ombre s'assit les pieds joints à coté de la Liberté. Son Histoire allait narrer le combat furieux.
La Liberté repris :

-Ces Matoran ne furent pas les plus doux, ni les plus agréables avec les Rahis. Une grande partie des Matoran associaient les Rahis à des créatures du mal, des créatures créer par Makuta ou l'Ordre même des Makuta. Même si la nature n'avait rien à voir, il est vrai que certains ont profiter de cette même nature et de son potentiel sans limite pour créer des monstres et des mythes.
Lorsque les Matorans purent utilisé les rahis dans leurs vie, ils le firent. Certains d'une manière très douces à l'exemple du matoran légendaire " Takua" ou de son ami Jaller. Ils laissèrent un bel exemple qui se perpétua encore et encore.

La Liberté désigna l'Ours du doigt.

-Il ne veut pas tuer le Dragon. Et le Dragon ne veut pas le tuer. Ce qu'ils veulent, c'est l'Harmonie et la Vérité.

-Mais.. ils ne savent pas que..

-Non. Peu de personnes savent que nous existons. Nous faisons partis de l'invisible même. Les Entités ne sont guère reconnues dans un monde ou un scientifique peu devenir un génie absolu et s'auto - proclamer Seigneur des Ténèbres.

-Les Ténèbres ne sont..

-Oui Ombre. Les ténèbres ne sont pas toujours mauvaises. Il est agréable de se rafraichir au sein d'une grotte. De se reposer sous un arbre luxuriant. Elles engendrent néanmoins beaucoup de débats au sein des peuples de l'univers. Tandis que la partie inexplorée nous perçois autrement, cette partie si nous conçois tout différemment.

Le Petit gros lâche un gros soupir.

-Certains Ours à pics sont plus dégourdis que d'autres. Certains ont laisser les matoran les maltraiter, mais ils ont réussis avec le temps à partir. Certains aventuriers des contrées lointaines ont amener des petits sur Metru-nui, il y a de cela six années. Aujourd'hui. L'heure fut venue pour nous de revenir. Et de réveiller celui qui dort. Si nous avons été conviés à ce grand retour, ne penses-tu pas que d'autres le savent également ? L'île toute entière perçoit les vibrations de l'univers. Sous les grottes profondes, anciennement appelées " Chutes de Protodermis" les Ours se sont installés et ont attendus. L'un d'eux, avaient retrouver ce qui ressemblait à une " Pierre Toa".
Je suis arriver il ya trois jours ici même dans le but de vérifier cela. Et j'ai rencontrer dans les archives des gangs de Skakdis et d'Av-matoran. Certains se préparait à chasser les Ours pour avoir la pierre. Car on disait que le noyau de celle ci pouvait changer la vie de celui qui l'avait toucher.
Sans trop de précipitations j'arrivais avant eux chez les Ours à Pics. Et je vis de mes yeux cette Pierre Toa.
Cependant cette relique datant d'années ou même certains héros comme Takanuva, Mata-nui ou Ignika n'existaient pas, les ours ne voulaient pas me la remettre. N'étant pas un voleur. J'ai juste demander aux Ours de faire attention. C'est alors que quelques heures plus tard. Les Ours débarquèrent en masse dans l'antre du Dragon des Archives. Jetant la pierre dans son nid , et s'éparpillant. Un Ours, celui qui est entrain de chevaucher le dos du Dragon actuellement, voulait récupérer la pierre conscient de sa valeur. Mais trop balourds pour ne pas se faire repérer, il me demanda mon aide. La liberté d'action étant mon domaine je m'exécutais et ramenais sans soucis cette pierre. Mais le Dragon s'en aperçu et ne fut guère très heureux devoir deux individus dans sa tanière rondement décorée d'archives du passée. Avide de connaissance le reptile malin, voulu me croquer, je suis donc parti en vitesse.
Et l'heure me rappelant à mon devoir je couru vers La Maison. Sauf que l'Ours me couru après pour récupéré la Pierre. et le Dragon après l'Ours. L'Ours etl e Dragon commencèrent un dangereux combat , et les hurlements strident de L'Ours me permirent de prend de la vitesse.
Voilà Ombre.
Tu connais toute l'histoire.
Impressionnant non ? T'en penses quoi ?

L'Ombre dont la tête commençait à pencher sursauta.

-Les Ours parlent ! c'est incroyables et ils sont organisés !

La Liberté dévisagea l'Ombre.
Elle n'avait rien compris.

Le Cadran clignota légèrement et puis s'éteint.
Dans la Maison, une respiration artificielle débutait.
L'Ombre se retourna d'un coup. En même temps que les autres Entités. Le Temps eut un petit sourire victorieux.

-Dois-je intervenir ?

L'Ombre hocha la tête.

-Il ne faut pas qu'il voit ça en se réveillant.

Le Temps agita son petit doigt.
L’Équilibre rangea son Arc.
La Liberté s'allongea au sol.
l'Ombre frémit. L'Illusion se mit à rire dans son cou.

L'Ours et le Dragon clignèrent des yeux.

_____________________________
Administrateur

╚RPlayer╝


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La douce mélodie du temps.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La douce mélodie du temps.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Douce mélodie des ténèbres.
» °- Je vous invite à écouter une douce mélodie inexistante -° ( Libre )
» A l'échappée d'une douce mélodie...
» Entendez-vous cette douce Mélodie?Non?Et bien tant pis car elle vient de partir...
» Vent calme et mélodie douce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BIONICLE RPG  :: Metru-nui-
Sauter vers: